Blog phonomuseum

En 1885 Coquelin cadet imagine des humanoïdes-phonographes qui discutent avec les voyageurs dans les trains du futur. Extrait de “Le livre des convalescents” à lire sur l’excellent site de la Bibliothèque Nationale de France / Gallica

Cx2sP2UXgAAKBgN

Capture d’écran 2016-10-18 à 13.57.38

Quand la collection Charles Cros s’expose en ligne

La collection Charles Cros à la  à la Bibliothèque Nationale de France – article paru dans le bulletin de l’Association française des détenteurs de documents audiovisuels et sonores.

Mais qu’est ce qui se cache derrière cet acronyme ? SDRM est le raccourci de Société pour l’administration des Droits de Reproduction Mécanique. C’est l’équivalant de la mieux connue SACEM qui est la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique. La SDRM se préoccupe des droits de reproduction mécanique à partir d’un élément qui reproduit cette musique (Phono avant-hier, tourne disque hier, ordinateurs aujourd’hui par exemple) alors que la SACEM se préoccupe des droits liés à la musique en public (concerts par exemple).

La SDRM a été crée en 1935 et elle a fêté avec un peu de retard ses 80 ans cette année, d’où l’intitulé 80+1. Le musée n’est pas peu fier d’avoir contribué tant au documentaire préparé pour l’occasion qu’au livre édité dans le même temps. La collaboration entre nous, la SDRM et la SACEM a été un moment riche et nous espérons que ce n’est qu’un début. Souhaitons que d’autres projets en commun voient le jour. En attendant, la SDRM a mis en ligne une petite présentation de ce qui a été préparé pour son anniversaire : la SDRM 80+1 ans au service des créateurs et éditeurs de musique.

Elle a mis aussi en ligne la présentation du documentaire.

[kad_youtube url=”https://youtu.be/N4jdU0Q3DN0″ ]

 

Le programme des concerts du premier dimanche de chaque mois à 18h30 de Décembre 2016 à Juillet 2017 est le suivant :

2016

4 Décembre : Tribu “Modern récital”

Françoise Fognini, chant & compositions

Paul Staïcu, Piano

Invité : Pierre Baillot, flûtes Bansuri et Ney, Oud

2017

8 Janvier : Monteverdi et Purcell A due

Vanessa Fodil, chant

Françoise Weeger, viole de gambe

5 Février : Alba Novella : Le jardin d’amour à Anvers

Quatuor de flûte à bec : Thomas Deprez, Anne Catherine Gosselé, Clémence Grégoire, Laura Pok

5 Mars : Chansons réalistes “Figures féminines en chansons”

Mac Orlan, Ferré, Aragon, Rainer Maria Rilke

Isabelle Servol , chant

Mathieu Geghre, piano

5 Avril : Oud solo

Khaled Aljaramani

Mai Relâche

4 Juin : mélodies françaises de Guillaume de Machaut à Jacques Brel

Marie Kobayashi, mezzo soprano – Maï Fukui : Harpe

2 Juillet : Delphine Joutard et le Cancan Orchestra

Delphine Joutard, Chant

Jérôme Etcheberry, Trompette

Hugo Lippi, Guitare

Raphaël Dever, Contrebasse

DSC_0031

Au musée, en général, on regarde les oeuvres (chez nous au PHONO Museum Paris les machines parlantes) et puis on lit (ou pas) une fiche, souvent trop petite, qui donne quelques explications. Et bien c’est fini tout cela. Nous sommes au XXIème siècle. Une appli pour smartphones a été développée par quelques geeks intelligents et voilà que la petite fiche se résume en un code QR qui vous donne accès à un court programme audio contenant les informations à propos de ce que vous regardez.

L’appli s’appelle izi.Travel – the storytelling platform. Elle est évidemment téléchargeable pour tous les types de smartphones. La page à propos du site vous résume l’approche qui a guidé ses créateurs.

Le musée a été approché par izi.Travel et nous avons tout de suite compris le grand intérêt que cette application présente pour les visiteurs. D’autant plus intéressante, à dire vrai, que l’utiliser est gratuit ! Nous avons donc commencé à travailler pour que chaque machine puisse avoir son petit programme audio, en général environ une minute. C’est beaucoup de travail car, heureusement, le musée en présente pas mal de machines. Nous débutons avec la version française mais à terme nous devrions en avoir plusieurs à commercer par l’anglais bien sûr. Nous y avons mis aussi les vidéos qui ont été réalisés pour certains des concerts du dimanche soir.

Un autre très grand avantage de cette application est la géolocalisation. Quand vous l’ouvrez, elle vous indique les lieux les plus proches susceptibles de vous intéresser. On n’arrête pas le progrès !

Voici la page de présentation du musée et les quelques machines ayant leur commentaire propre. Cette page vous permet aussi de télécharger cette appli.

Et quand vous viendrez au musée, surtout n’oubliez pas votre téléphone*.

*il vous faudra aussi avoir un QR code reader dans votre smartphone

Capture d’écran 2016-10-18 à 13.53.39

Quelque part dans l’univers, à ce jour il est à 15 milliards de km de nous (15 heures-lumière)… le disque de Voyager 1. C’est un 16 tours/minute. Il contient pas mal de sons, de Bach à Chuck Berry, et aussi une centaines d’images. Il faut cliquer aux bons endroits… et on peut l’écouter.

C’est presque l’illustration du poème INSCRIPTION de Charles Cros.

Mon âme est comme un ciel sans bornes ;
Elle a des immensités mornes
Et d’innombrables soleils clairs ;
Aussi, malgré le mal, ma vie
De tant de diamants ravie
Se mire au ruisseau de mes vers.

Je dirai donc en ces paroles
Mes visions qu’on croyait folles,
Ma réponse aux mondes lointains
Qui nous adressaient leurs messages,
Eclairs incompris de nos sages
Et qui, lassés, se sont éteints.

Dans ma recherche coutumière
Tous les secrets de la lumière,
Tous les mystères du cerveau,
J’ai tout fouillé, j’ai su tout dire,
Faire pleurer et faire rire
Et montrer le monde nouveau.

J’ai voulu que les tons, la grâce,
Tout ce que reflète une glace,
L’ivresse d’un bal d’opéra,
Les soirs de rubis, l’ombre verte
Se fixent sur la plaque inerte.
Je l’ai voulu, cela sera.

Comme les traits dans les camées
J’ai voulu que les voix aimées
Soient un bien, qu’on garde à jamais,
Et puissent répéter le rêve
Musical de l’heure trop brève ;
Le temps veut fuir, je le soumets.

Et les hommes, sans ironie,
Diront que j’avais du génie
Et, dans les siècles apaisés,
Les femmes diront que mes lèvres,
Malgré les luttes et les fièvres,
Savaient les suprêmes baisers

La relecture d’un de nos “dieux fondateurs” est toujours une découverte. Inscription convient comme un gant à la circonstance.

Charles Crod 2Capture d’écran 2016-10-18 à 13.57.38

Le Laboratoire d’Acoustique de l’Université du Maine a organisé une exposition dans les locaux de la médiathèque de la Ville du Mans. L’appareil Edison qui sert à enregistrer le son et le reproduire sur cylindre comme on le voit dans cette vidéo vient de la collection qui a intégré le musée depuis lors. Voici quelques mots d’explication de l’université sur son projet ” Le Projet Stroh est axé sur la rencontre entre des artistes, des chercheurs et des constructeurs animés par une envie commune de faire « résonner » les instruments de type Stroh. Les artistes de La Fausse compagnie, accompagnés par deux enseignants chercheurs vous conte en image, en son et en manipulation l’incroyable aventure de ces instruments et leur utilisation première : l’enregistrement.”

Le musée participera à l’exposition organisée du 15 octobre 2016 au 5 mars 2017 par le Centre National du Costume de Scène : Déshabillez moi ! Les costumes de la pop et de la chanson. Nous y exposerons des “machines parlantes” et des affiches.

Capture d’écran 2016-10-07 à 17.36.00

Le musée sera présent au festival Son & Image qui se tiendra les 8 et 9 octobre à l’hôtel Novotel Paris Tour Eiffel. Nous exposerons 8 “machines parlantes” sur le stand du magazine Star Wax qui nous a gentiment invité

photo

photo 2