Mélodies françaises


Détails de l'événement


Mélodies françaises de guillaume de Machaut à Jacques Brel
Marie Kobayashi, mezzo soprano – Maï Fukui : Harpe

Marie Kobayashi, mezzo soprano. Né à Kamakura (japon), diplômée au CNSMD de Paris, élève de Régine Crespin, Michel Roux et William Christie. Docteur ès Arts de l’Université Nationale des Beaux Arts et de la Musique de Tokyo pour sa thèse de 3em cycle : «  Les mélodies d’Olivier Messiaen – Autour d’Hawaii ». Lauréate de plusieurs Prix Internationaux. Son répertoire s’étend du baroque à la musique contemporaine. Elle a chanté aux Festival de « Printemps de Prague », « Romaeuropa Festival »,

« Melborne Festival », « Holland Festival », « Festival Saint-Denis »…. Nombreux enregistrements notamment pour Radio France, Radio Bruxelles. Des disques ( Requiem de Mozart,  Mélodies »  de M.Rosenthal, « Japanese Love Songs » , « Harawi de O.Messiaen du film Microcosmos…..) Depuis 2004 elle est professeur de chant au Conservatoire National de Région de Strasbourg ( Pôle Supérieur ). Elle donne le masterclass à l’Académie Internationale de Nice, en Espagne, en Pays-Bas, en Allemagne, au Japon, en Grèce….£En 2010 elle a créé «  Pourquoi ? » de Philippe Leroux avec l’Orchestre National de Lorraine à Sarrebruck . En Décembre 2015  elle chante la 9èm Symphonie de Beethoven avec La Nouvelle Philharmonique du Japon à Suntory Hall de Tokyo. En Juin 2017 elle va créer la musique de François Meïmoun à l’IRCAM à Paris.

 

 

 

 

Maï Fukui, harpe, Née à Osaka (Japon), lauréate de plusieurs concours, en 2005 elle  obtient Premier Prix du Concours International de la Harpe de la Cité des Arts de Paris avec une tournée européenne en 2006. Elle est lauréate de la bourse « Rohm Music Foundation » (2008-09) et elle travaille avec Masayo Matsuo, Atsuko Yoshino, Susann McDonald, Germaine Lorenzini, Isabelle Moretti, Geneviève Létang et la musique de chambre avec Michel Moraguès.

En 2010, elle joue à l’Opéra de Paris dans « L’Or du Rhin » de Wagner sous la direction de Philippe Jordan. En 2011 et 2015 elle joue avec « l’Orchestre Saito-Kinen Festival » dirigé par Seiji Ozawa . En 2012 elle obtient le « Prix de la Révélation » distribué par Kyoto Aoyama Music Fondation. En 2014  le « Prix Sakuya Konohana » décerné par la ville d’Osaka. En 2014 elle enregistre son premier disque « Bijoux de la Harpe ».

Maï Fukui se produit dans plusieurs festivals en solo et avec d’autres formations en Europe et au Japon. En 2016 elle est invitée au « Festival Owon »  au Château de la Bourdaisière où elle joue à côté de EunShik Kim et Sung-Won Yang.

Elle obtient le diplôme de Master avec la mention Très Bien à l’unanimité et félicitations du jury au CNSM de Paris.

 

 

Douce dame jolie : Guillaume de Machaut (1300-1377) – S’il est plaisir que je vous puisse faire, Resvelliés vous et faites chiere lyre : Guillaume Dufay (1397-1474) – Ma belle si ton âme : du Courroy (1549-1609) – Plaignez la rigueur de mon sort : Boesset (1586-1643) Mignon,   Ave Maria : Ch. Gounod (1818-1893) – Au bord de l’eau, Chanson de Pêcheur, Clair de lune : G. Fauré (1845-1924) – Deux mélodies hébraïques, Kaddisch, L’Enigme Eternelle : M. Ravel (1875-1937) – La lettre du Jardinier : Marcel Tournier (1879-1951)  A sa guitare, Toréador : F. Poulenc (1899-1963) – Feuilles mortes, Je suis comme je suis : J. Kosma (1905-1969) – Mathilde : J. Brel (1929-1978 )

Les commentaires sont clos.